L’origine des lavis est incertaine mais elle reste intimement liée à la conservation des estampes.
Dès le 16ème siècle, les gravures sont fixées sur des feuilles et cernées de grands traits noirs.
Aux 17ème siècle, les encadreurs de l’époque n’ont pas encore à leur disposition les papiers, notamment vergé, dont nous disposons aujourd’hui. On trouve alors des lavis exécutés selon la méthode du fixé sous-verre, c’est-à-dire que c’est l’envers du verre, sur lequel a été fixé un filet doré, qui est peint.
C’est vers la fin du 19ème siècle qu’apparaissent les lavis, tels que nous les connaissons  : un ensemble de filets tirés à l’encre ou à la gouache, une bande dorée prises entre 2 filets et une bande peinte à l’encre, à la gouache ou plus généralement à l’aquarelle.

Le lavis permet de mettre en valeur toutes les gravures anciennes mais peut également s’adapter sur des sujets plus modernes en utilisant des bandes de papier de couleur et des couleurs et formes de surfaces aquarellées originales. Vous en trouverez plusieurs exemples dans la galerie du site.